Prix national de poésie
pour les aînés(es)

Monique Pagé

 

RÉUNION

Désarmés
nous quittons les lieux sans fenêtre
abandonnant fragments pétrifiés et mirages
délestés      enfin

à genoux nous atteignons l’âge
où l’on revient sur ses pas

les eaux étales de tes yeux
me parlent de pureté

sans équivoque je flâne
sous la soie de nos mémoires

nous savons la joie au fond de chaque douleur
nous savons où nous en sommes avec la mort
quand nos corps effritent même leurs silences
l’interface de la nuit sombre sur nous
nos regards enfin océans verts
s’accueillent
nos os sonores déambulent sur les galets
prêts à rouler ensemble
une même dernière secousse

Monique Pagé, finaliste