Prix national de poésie
pour les aînés(es)

Yvon Baril

 

REMAILLAGE

J’ai mal d’être si loin,
Occupé à remailler les mots.
J’étends mes barbots sur ta page
Et lèche mes taches d’encre
Directement sur ta langue.
Je t’écris juste à côté de moi,
Assis, les yeux mi-clos, indocile,
Pris par le besoin de réinventer ta voix.
Tu briseras mon corps, et moi le tien.
Nous n’aurons que des samedis,
N’existerons que dans l’étreinte.
Tu me regarderas du bout des doigts,
Me dessineras du bout de la langue,
Nos souffles, des ouragans déchainés.
Tes mains m’éviteront,
Seule ta peau saura m’effleurer.
Tes cheveux crieront à mon oreille,
Et quand tes seins chercheront mes lèvres
Je mourrai pour une millième fois

Yvon Baril,  2e Prix