Poètes internationaux 2022

AL-MASRI, (Syrie/France)
Photo : Philippe Barnoud

Poète et traductrice, Maram al-Masri, née à Lattaquié en Syrie, s'est installée à Paris en 1982 après des études de littérature anglaise à Damas. Aujourd'hui considérée comme l'une des voix féminines les plus connues et les plus captivantes de sa génération, elle se consacre exclusivement à l'écriture et à la poésie. Son recueil Je te menace d’une colombe blanche paraît en 1984. En 1987, son second recueil, Cerise rouge sur un carrelage blanc, est publié à Tunis par les Éditions de L’Or du Temps. La poésie de Maram al-Masri est alors saluée par la critique internationale puis traduite dans de nombreuses langues et publiée, en anglais, italien, espagnol, serbe, corse ou turc, persan, albanais, maltais, chinois, suédois, tamazigh, grec...  Quatre ans plus tard, les Éditions Al Manar publient Je te regarde, recueil initialement publié à Beyrouth, préfacé par Adonis puis par Jean-Pierre Faye et ce livre obtient le prix de poésie de la SGDL. Elle a reçu 7 prix internationaux, dont 3 pour son livre Les Âmes aux pied nus, recueil publié aux éditions Le Temps des cerises et réédité 4 fois. Elle est ambassadrice du secours populaire, citoyenne d'honneur de Vendenheim et membre du parlement des écrivaines francophones. 

ANNOVI, Gian Maria (Italie)
Photo : Dino Ignani

Gian Maria Annovi est professeur associé de littérature italienne et de littérature comparée à l'University of Southern California (Los Angeles). Il fait ses débuts de poète à l'âge de vingt ans, avec son recueil de poèmes intitulé Denkmal (1998). Sa deuxième œuvre Terza persona cortese (2007) a remporté le prix Mazzacurati-Russo. Il a remporté le prix Marazza de la jeune poésie grâce à son livre de poèmes La Scolta (2013) sur une femme d'Europe de l'Est qui s'occupe d'une femme âgée sans mobilité et incapable de parler. En 2010 il publie le livre Kamikaze (e altre persone), en 2013 Italics et, en 2018, Persona presente con passato imperfetto. Son nouveau livre, Discomparse, est prévu pour le printemps 2023. Le travail de Gian Maria Annovi a été inclus dans plusieurs anthologies et traduit en anglais, français et espagnol.

ARMENTA MALPICA, Luis (Mexique)
Photo : Pascual Borzelli

Luis Armenta-Malpica est poète, essayiste et directeur de Mantis Editores. Il a été récipiendaire du Prix de Littérature Jalisco en 2008 et du Prix International de Littérature Sor Juana Inés de la Cruz en 2013, entre autres; les prix récents qui lui ont été décernés sont le Diplôme d'Excellence Librex du Salon du Livre d'Iași, Roumanie (2017); le Prix Jaime Sabines-Gatien Lapointe, Québec-Mexique (2017); Cavaler al Poeziei Capitalei Marii Uniri Iași, Roumanie (2018); le Prix Ibéro-américain des Beaux-arts en Poésie Carlos Pellicer pour un Livre Publié (2020), le Prix Ibéro-américain de Poésie Minerva Margarita Villarreal (2021) et l'Iguane Doré décerné par la Chaire de Cinéma et Littérature Huston de l'Université de Guadalajara (2022).  

Enola Gay (Vaso Roto, Espagne, 2019), Chiamatemi Ismaele (Fili d'Aquilone, Italie, 2019 ; premier finaliste du Prix Camaiore Letterario, et finaliste du prix international La Lira de Oro, et [Contra] Dicción (UANL, 2022) figurent parmi ses recueils les plus récents.  

Son œuvre a été traduite en quinze langues.

BASSRY, Aïcha (Maroc)

Aïcha Bassry est une poétesse, romancière et nouvelliste. Elle est membre de l’AICL française, de la Maison de Poésie, de l’Union des Écrivains du Maroc, et de plusieurs jurys littéraires. Elle est l’auteure d’articles s’intéressant, entre autres, à la poésie, aux arts plastiques et à la condition des femmes dans le monde arabe, publiés dans différents journaux nationaux et internationaux. Ses œuvres sont d’ailleurs traduites en plusieurs langues, dont l’anglais, l’espagnol, le catalan, le français, le turc, l’italien, l’allemand ainsi que le suédois. Elle a remporté plusieurs prix au cours de sa carrière, et ne cesse de participer à des festivals et manifestations culturelles de renommée internationale.

BLANDIANA, Ana (Roumanie)
Photo : Paul Buciuta

Ana Blandiana (pseudonyme littéraire d'Otilia Valeria Rusan) est l'autrice de 31 livres de poésie, prose, essais écrits en roumain et traduits en 26 langues. Elle a reçu plusieurs prix nationaux et internationaux parmi lesquels l'Herder Preis (Vienne), la couronne d'Or de Struga, le Griffin Award for Excellence in Poetry (Toronto) et a été désignée en 2016 à Gdansk, en Pologne, Poète Européen de la Liberté.

Pendant les dernières années du régime Ceausescu, le nom d'Ana BLANDIANA a été interdit en Roumanie et ses livres ont été retirés des bibliothèques. En décembre 1989, elle est élue dans le conseil provisoire du Front de salut national, mais elle démissionne le 29 janvier 1990, pour protester contre la confiscation de la Révolution roumaine par les forces antidémocratiques. Elle a été l'un des initiateurs de l'Alliance Civique. Depuis 1991, elle en détient la présidence, ainsi que celle de la Fondation de l'Académie Civique (dès 1994). Avec Romulus Rusan, elle a initié et a réalisé sous l'égide du Conseil de l'Europe le Mémorial des Victimes du Communisme et de la Résistance de Sighet (au nord de la Roumanie). 

BORDA, Itxaro (Pays Basque/France)
Photo : Severine Dabadie

Née à Bayonne, en 1959. Après des études supérieures en Histoire, elle a travaillé à la poste jusqu’à très récemment. Écrivaine, poète, chroniqueuse et auteure de textes pour les chanteurs locaux, elle a couvert toute l’étendue de l’activité littéraire. Elle publie son premier article en 1974 dans les colonnes de l’hebdomadaire Herria. En 2002, elle remporte le Prix Euskadi de littérature pour le roman 100 % Basque – traduit en français en 2004 et en espagnol en 2012. Elle a écrit des romans qui ont impacté le monde littéraire en basque, surtout avec son personnage Amaia Ezpeldoi, détective lesbien spinozien. Elle a fait partie en 1981 du groupe initiateur de la revue Maiatz. Elle a également fait office de traductrice du basque au français et vice-versa pour la revue. Elle pratique aussi l’auto-traduction. Son dernier recueil de poèmes Uhartearen mugetan / Aux confins de l’île est bilingue et publié par les éditions Maiatz.

CESARI, Stefanu (France-Corse)

Né en 1973, Stefanu Cesari concentre sa vie autour de la poésie. Poète de langue française et de langue corse, il pratique une écriture bilingue où les langues se répondent. Il est aussi traducteur de poésie contemporaine, a participé à plusieurs revues et anthologies [Poésie Première, Décharge, Koan, Nu(e), 12x2, Recours au poème, Une Fenêtre sur la mer, Voix Vives de la Méditerranée, Anthologie de la poésie mondiale ...] et organise les Lectures poétiques du Halo à Bastia.

Il mêle sur scène, lors d'ateliers de théâtre ou de création sonore, son parler de poète aux espaces de la musique électronique, du chant polyphonique, du dialogue entre les langues. En 2019 il reçoit le prix Louis Guillaume du poème en prose, pour le recueil Bartolomeo in cristu.

CHAVEZ, Jorge Humberto (Mexique)

Jorge Humberto Chávez, Cd. Juárez, 1959. Poète et directeur culturel. Auteur de 15 recueils de poésie, dont Il ne sera jamais minuit (1987), La pluie du pont (1992), Le recueil de poèmes (1996), Ange (2009), Je te dirais d'aller au Rio Bravo pour cry but You should know that there is no longer a river or tears (2013) et A Rosary of Bones (2020). Prix ​​national de poésie Colima, Prix ​​National Salvador Gallardo de Jeune Littérature en 1982, Prix des Beaux-Arts de Poésie Aguascalientes, Prix ​​international de poésie Sabines/Lapointe pour une œuvre en français décerné par le Festival international de la poésie de Trois-Rivières et le Séminaire de la culture mexicaine. Membre du Système National des Créateurs d'Art. Ses livres ont été traduits aux États-Unis, au Canada, en Italie et en Angleterre. Il vit entre San Luis Potosí et la frontière de Coahuila avec les États-Unis.

KATUNARIĆ, Dražen (Croatie)

Dražen Katunarić (1954 - ), a publié une trentaine de livres, de poèmes, des essais, des récits de voyage, des romans, des nouvelles. Ses ouvrages sont traduits en français, italien, anglais, espagnol, allemand, albanais, bulgare, hongrois, roumain, slovaque, slovène, ou encore en corse. Il a obtenu plusieurs prix littéraires, et parmi eux: 1984 : Prix de poésie « Branko Radičević » pour le meilleur premier livre de poésie en Yougoslavie; 1994 : Prix « Tin Ujević » de l'Association des écrivains croates pour le meilleur livre de poésie, 1995 : Prix de la « Delhi Telugu Academy » pour la littérature, 1999 : Prix « Cercle européen », 2002 : Prix Steiermarkische Sparkasse pour le roman Die Bettlerin traduit en allemand, 2018 : Prix « Dragutin Tadijanović » de l'Académie Croate des Sciences et des Arts pour le livre Le signe dans l'ombre. A été décoré Chevalier des Arts et des Lettres par Le ministre de la culture en France (1998).

KRAMBERGER, Taja (Slovénie / France)
Photo : DBR

Née à Ljubljana, Slovénie, 1970, Taja Kramberger a passé 42 ans dans son pays natal. Pendant ce temps, elle a été très engagée comme poète, essayiste, traductrice, éditrice et organisatrice des projets et événements culturels nationaux et internationaux. Comme l’enseignante et chercheuse universitaire (Ph. D. en histoire), elle militait aussi pour les droits sociaux. En 2012, après la purge universitaire, elle s’est exilée en France avec son mari Drago Rotar. Aujourd’hui, elle y conduit une petite édition digitale Addenda et continue d’écrire, traduire et chercher. 

À côté des textes scientifiques, elle est l’auteure d’une vingtaine de livres de poèmes, des essais, nouvelles, histoires d’enfants et d’une pièce de théâtre. Les choix de ses poèmes ont été traduits en plusieurs langues. E-livres disponibles en français sont : Je voulais vous transmettre un message, mais vous n’étiez pas là, On n’est jamais loin de la poésie, Chevreau dans la pendule, Doigts froids – Guide poétique de l’Affaire Dreyfus, Femmes, je les voulais droites et sereines, Rejetée par l’Europe, Silex dans les yeux. Pour sa poésie elle a reçu le prix « Veronika » en Slovénie (2006), et prix « Simone Landry : Femme, Poésie, Liberté » en France (2018).

LE ROY, Pauline (Chili)

Pauline Le Roy, artiste chilienne, également connue sous le nom de Marina Germain, est poète, peintre, sculpteur et créatrice d'art vidéo et de poésie sonore. Elle a publié huit recueils de poésie et deux livres sur son art visuel.

Ses livres ont été publiés aux États-Unis, en Espagne, en France, au Chili. Les titres de ses recueils de poésie sont : Magma (Chile), Himinam (EE.UU), Vulom (EE.UU), Amanto (Espagne), Estambul (Chile), Marina (Espagne et France), Obscena Sabiduria (Espagne). Ses livres de peinture : Peintures & dessins (Chile), Spectral une expresionisme autre (France-Canada).Elle a été directrice et présidente du Comité de Lecture du PEN Chili, (Poètes, essayistes, romanciers). Association mondiale internationale des écrivains.

Membre de l’Association des Artistes Peintres et Sculpteurs du Chili, APECH.
Membre de la société Chilienne du patrimoine culturel
Membre du collectif « Femmes peintes dans l’art , MUART»
Membre fondatrice du collectif « Cercle » d’art Expressionniste actuel du Chili
Créatrice du mouvement Nouveaux expressionnistes « Chile Expressionisme. Son prochain projet après la pandémie faire un tour dans plusieurs pays avec son concept d’installation « Arbre peint » pour protester contre L’exploitation et dévastation de la forêt tropicale

MATHIEU, Paul (Belgique)
Photo : Dirk Skiba

Paul Mathieu, né à Pétange (Luxembourg) le 15 janvier 1963. Belge et luxembourgeois. Habite Guerlange (région d'Arlon), professeur de français et d’espagnol à Athus et à Arlon. Poète, auteur de pièces de théâtre et de nouvelles. A collaboré à divers journaux et revues : Le Jeudi (Luxembourg), Traversées (Virton)… Derniers titres : Le chêne de Goethe, 2005 ; Cadastres du babel, Luxembourg, Estuaires, 2008 ; En venir au point, Luxembourg, Phi, 2009 ; Le Puits, Laon, la Porte, 2013 ; Une pomme d’ombre, Cordes-sur-Ciel, Rafaël de Surtis, 2015 ; Auteurs, autour, Virton, Traversées, 2015 (études littéraires) ; Le temps d’un souffle, Virton, Traversées, 2017 ; D’abord un peu de jour, Dudelange, Estuaires, 2019 ; Les noces de l’écureuil, Bouvellemont, Noires Terres, 2020. Théâtre : « Les déménageurs », in Cahiers de l’Académie luxembourgeoise, 2017 ; La chair quitte les os, en cours de création. Prix Robert Goffin (2016) ; 3e Prix au Concours littéraire national (Luxembourg, 2020).

RICINSKI, Francisca (Allemagne)

Francisca Ricinski est née à Tupilati/Roumanie, vit à Bad Neuenahr/Allemagne, en tant qu'écrivaine, journaliste et traductrice.

Études romanes à l'Université de Bucarest, de théologie à Würzburg. Activités en tant que professeure de français et enseignante de cours de création littéraire. 1985 - 2003 - employée au Bundestag allemand. 2004 -2020 – rédactrice en chef du magazine littéraire « Matrix ».   À partir de 2000, co-éditrice du magazine littéraire "Dichtungsring". Membre de l'Union des écrivains allemands et du P.E.N.

Auteure de poésie, de prose courte, de pièces de théâtre, de littérature pour enfants, d'essais, d'interviews, de textes de chansons et de photocollages. Plusieurs prix littéraires. Participation à des festivals internationaux de poésie et salons du livre.

Œuvres (sélection) : Les échasses (la première 2006) ; Sur pattes molles en silicone (2005), Le train sans roues, bilingue (2008), Comme si quelqu'un encore arrivait (2013), Genoux sur le cœur (2015), Dans tes chaussures pleines de sable (2018), Car tu étais pluie, avec Abdel-Wahed Souayah (L'Harmattan, Paris, 2019), Mémoire sous le vent, bilingue (Alger, 2020).

RODRIGUEZ, Antonio (Suisse)

Né en 1973 à Lausanne (Suisse), Antonio Rodriguez vient d'achever une trilogie sur l'Europe chez Tarabuste (Big Bang Europa, Après l'Union, Europa Popula), qui a reçu le prix Pierrette Micheloud. Il est le directeur artistique du Printemps de la poésie en Suisse. Il mène une action globale sur la poésie, tant par l'écriture, l'organisation en réseau, la critique, les innovations numériques et multimédias (ptyxel.net). Il a été le commissaire de l'exposition Code/Poésie, Digital Lyric (qui explore la poésie sous de nouvelles formes : création assistée, performances augmentées, réalité virtuelle, réalité augmentée), prix Optimus en Suisse. En tant que professeur de poésie à l'Université de Lausanne, il a récemment publié un essai sur le paysage originel (Hermann). Il a été le président de l'International Network for the Study of Lyric, de l'association des Amis de Gustave Roud et de l'association Lyrical Valley. Il commence actuellement une nouvelle trilogie sur la figure de Moïse.

SKOULDING, Zoë (Galles-Grande-Bretagne)
Photo : Anna Terek

Zoë Skoulding s'intéresse au son, à la traduction et à l'écologie dans son oeuvre comme poète. Elle est professeure titulaire de poésie à l'Université de Bangor, Pays de Galles. Elle a publié six recueils de poésie comprenant Footnotes to Water (Seren Books, 2019), qui a remporté le Wales Book of the Year Poetry Award 2020, A Revolutionary Calendar (Shearsman Books, 2020), A Marginal Sea (Carcanet Press, 2022), et en traduction francaise par Jean Portante, Teint: Pour la Bièvre (Hafan Books, 2016). Elle a également traduit les poèmes de Portante vers l’anglais dans In Reality: Selected Poems (Seren, 2013). Elle a reçu le prix Cholmondeley de la Society of Authors en 2018. Son oeuvre critique comprend deux monographies, Contemporary Women's Poetry and Urban Space : Experimental Cities (2013), et Poetry & Listening : The Noise of Lyric (2020). Son projet actuel est Poetry in Transatlantic Translation : Circulation and Practice Across Languages (financé par le Arts and Humanities Research Council, 2020-22).

SORRENTE, Dominique (France)
Photo : Audrey Gambassi

Né à Nevers en 1953, Dominique Sorrente vit à Marseille.

Son œuvre est un journal de bord aux registres variés (textes voix haute, chansons-poèmes, formes brèves). L'écriture alterne tonalités graves et souriantes, plaisir narratif et ferveur mélodique, quête métaphysique et humour impressionniste. Une voix où la veine troubadour n'est jamais absente. Auteur d’une vingtaine de titres, notamment chez Cheyne. Son anthologie personnelle Pays sous les continents, 1978-2008 (éditions MLD) a reçu le prix Georges Perros.  Il est également un "passeur de poésie": hier, la revue Sud, aujourd'hui la revue des Archers (Théâtre Toursky). Il anime depuis 2000 le Scriptorium, un collectif de poésie partagée.   

Publications 2022 : Carnet à double vue avec le plasticien Gilles Bourgeade et Ici ne tient jamais en place (édition Voix d'encre) avec l'artiste peintre Anne Slacik.