Poètes du Québec

BERTRAND, Laurence (Québec)

Laurence Bertrand est née à Québec en 1996. Après des études au Cégep Garneau où elle découvre la poésie, elle est, depuis septembre 2016, étudiante à l’Université Laval au baccalauréat en études littéraires. 

À l’hiver 2016, elle remporte le premier prix du Concours inter-collégial de poésie et est l’une des huit lauréates du Concours Critère. Elle reçoit, en 2018, la bourse Hector-de-Saint-Denys Garneau pour sa suite La parade des morts. Elle était finaliste au prix Piché de poésie de l’UQTR 2018. Laurence a également publié au Crachoir de Flaubert.

BOISCLAIR, Antoine (Québec)
Photo : Photo Charland

Né en 1975, Antoine Boisclair vit à Montréal. Il a fait paraître aux Éditions du Noroît deux recueils de poèmes : Solastalgie (2019) et Le bruissement des possibles, qui a mérité en 2012 le prix Alain-Grandbois de l’Académie des Lettres du Québec. Il a également dirigé une anthologie de poésie américaine traduite en français : États des lieux. Treize poètes américains contemporains (Noroît, 2014). Depuis une dizaine d’années, il enseigne la littérature au niveau collégial et publie régulièrement des comptes rendus dans diverses revues. Particulièrement attentif à la poésie québécoise, il a publié en 2009 la version remaniée d’une thèse de doctorat : L’École du regard. Poésie et peinture chez Saint-Denys Garneau, Roland Giguère et Robert Melançon (Fides). Ce livre a obtenu le Prix du Canada de la Fédération canadienne des sciences humaines ainsi que le Prix Gabrielle-Roy de l’Association des littératures canadienne et québécoise.

CHALOUX-GENDRON, Virginie

Virginie Chaloux-Gendron vit à Québec et étudie en littérature. Elle s’intéresse notamment au récit d’enfance autobiographique comme thérapeutique de la honte chez Thomas Bernhard. Certains de ses poèmes ont été publiés dans Contre-jour et Estuaire. Son premier recueil de poésie, Cerises de terre, vient de paraître aux Éditions du Noroît (août 2019).

CHARETTE, Jonathan (Québec)
Photo : Adélie O. Coutu

Jonathan Charette vit à Montréal depuis de nombreuses années. Il a publié des textes dans plusieurs revues, dont Estuaire, Exit, Mœbius, Art Le Sabord et Zinc. Il organise souvent des soirées de lecture de poésie. Il est l’auteur de Je parle arme blanche (2013 – Prix de poésie des collégiens en 2014), La parade des orages en laisse (2015 – finaliste au prix Alain-Grandbois) et de Ravissement à perpétuité (2018 – Prix Émile-Nelligan 2018), tous parus au Noroît. Son prochain livre paraîtra en 2020.

CHEVARIER, Corinne (Québec)

Corinne Chevarier a publié quatre recueils de poésie, Les recoins inquiets du corps, Dehors l'intime, Anatomie de l'objet et L'ADN des fusils, tous aux Éditions Les Herbes rouges. Elle a été lauréate du prix Félix-Antoine-Savard de poésie 2009 et finaliste au prix du Gouverneur général en 2012.  Elle a participé à de nombreux festivals littéraires et lectures publiques au Canada, en France et en Belgique. Elle fait partie du comité de rédaction de la revue Exit, revue pour laquelle elle a également dirigé plusieurs dossiers. 

Corinne Chevarier est également comédienne. Depuis sa sortie du Conservatoire d'art dramatique de Montréal, elle cumule les rôles au théâtre, à la télévision et au cinéma.

CLOUTIER, Guy (Québec)

Guy Cloutier est né en en 1949 à Québec. Il partage actuellement son temps entre la ville de Québec et Muro, en Corse. Il a publié, depuis 1978, près d’une trentaine d'ouvrages dans la plupart des genres littéraires, au Québec et en France.

Plus récemment il a publié Un lent soulèvement, poèmes avec des œuvres de Pierre Pardon (Le Noroît, 2012), Les chiens fous pleurent la nuit, poèmes avec des oeuvres d’Alexa Daerr (Le Noroît, 2015)  et L’homme est partout, poèmes avec des œuvres de Julius Baltazar (en coll. avec Lionel Ray, Paris, Le livre pauvre, 2016). 

Guy Cloutier assume la direction artistique des Poètes de l'Amérique française depuis leur création, en compagnie du soprano Marlène Couture et de Gilles Perron qui était alors, directeur des ressources humaines du Cégep de Limoilou (Québec), à l'automne 1996. Il a été élevé au rang de : chevalier dans l’Ordre des Arts et des Lettres de la République française et chevalier de l’ordre des Palmes Académiques de la République française.

CÔTÉ, Catherine (Québec)
Photo : Martine Doyon

Catherine Côté est née à Montréal en 1991. Elle est doctorante en lettres, sa thèse portant sur l’œuvre de Stephen King. Dans sa pratique d’écriture, elle aime sortir des sentiers battus et se renouveler, constamment à la recherche de défis stylistiques et thématiques. Ceux-ci l’ont menée, jusqu’à présent, de la poésie à la nouvelle, de l’adulte à la littérature jeunesse, du réalisme à l’horreur. 

En 2017, elle a publié son premier recueil de poésie, Outardes. L’année suivante, elle a signé une nouvelle dans le collectif Monstres et fantômes, dirigé par Stéphane Dompierre. En 2019, elle publie un recueil de nouvelles, Les choses brisées, qui a reçu des critiques fort élogieuses. Elle prépare la publication, à l’automne 2019, d’un second recueil de poésie, Dans ta grande peau, ainsi que d’une nouvelle dans le collectif Stalkeuses, dirigé par Fanie Demeule et Joyce Baker. En 2020, elle fera ses premières armes d’éditrice, à la tête d’un collectif sur le thème des salons funéraires.

CÔTÉ, Louis (Québec)

Né à Chicoutimi et Trifluvien d’adoption, Louis a commencé à écrire de la poésie il y a quelques années en regardant par la fenêtre de ses cours de chimie. Il s’est finalement inscrit au programme Littérature, Arts et Cinéma du Cégep de Trois-Rivières qu’il compléta en 2017 et entretient encore aujourd’hui sa fascination pour la poésie et son besoin d’en écrire.

CYR, Mario (Québec)

Auteur de nombreux romans, Mario Cyr a fait paraître deux recueils de poésie aux Écrits des Forges : dans les soirs parfaits en 2017 et le bain des oiseaux en 2019. Originaire de Saint-Hyacinthe, il vit et travaille à Montréal. Il est rédacteur de profession.

DAOUST, Jean-Paul (Québec)
Photo : Mario Savoie

Il a publié plus d’une quarantaine d’ouvrages de poésie, deux romans et un recueil de récits. Lauréat du prix du Gouverneur général (1990) pour Les cendres bleues. Il a remporté le Grand prix Québecor du Festival international de la poésie pour Le vitrail brisé en 2009 et le prix Jaime Sabines / Gatien Lapointe 2012 pour Poemas de Babilonia / Poèmes de Babylone (Écrits des Forges). Il est membre de l’Académie des lettres du Québec depuis 2016, et poète en résidence depuis l’automne 2011 à la radio de Radio-Canada à l’émission «Plus on est de fous, plus on lit!». L’émission sera en ondes pour une 9e saison à l’automne 2019. Ses dernières parutions sont Les îles de la ponctuation, accompagnée d’œuvres visuelles de Louise Prescott, éd. Art Le Sabord (2017), Odes radiophoniques Véd. Poètes de brousse (2018) et Le fauve amoureux - Tango américain, rétrospective 1976-2016, éd. d’Art Le Sabord (2019).

DELAND, Monique (Québec)

Monique Deland est une poète de Montréal. Elle a publié sept livres de poésie dont le plus récent, aux Éditions du Noroît, s'intitule  J’ignore combien j’ai d’enfants. Ses livres ont remporté plusieurs prix : Félix-Antoine-Savard 2010, Alain-Grandbois 2009, Québec-Amérique 1998, Émile-Nelligan 1995, Premier Prix de poésie du Cercle littéraire des Basses-Laurentides 1993, et Grand Prix de poésie Le Noroît 1993.

Ils ont aussi été retenus comme finalistes au Grand prix du livre de Montréal 2015, au prix de la SODEP 2012, au prix Louis-Guillaume 2012 (en France), au prix de la Bande à Moebius 2010, et au prix de poésie Estuaire des Terrasses Saint-Sulpice 2010.

Également artiste visuelle (peinture et dessin), Monique Deland publie des commentaires critiques de fond sur la poésie québécoise contemporaine depuis 1995 (actuellement dans la revue Estuaire). En 2014, elle a été élue membre de l’Académie des lettres du Québec.

DESPATIE, Stéphane (Québec)

Stéphane Despatie participe activement à la vie littéraire et culturelle depuis le début des années 1990, d’abord en tant qu’éditeur de la revue Entracte consacrée aux arts de la scène et au spectacle. Puis, il est successivement libraire, chroniqueur littéraire et théâtral, directeur d’une collection de poésie, directeur général d’une maison d’édition, directeur administratif d’un festival multidisciplinaire et directeur général de l’orchestre Arion. Il est l’un des fondateurs du Marché de la poésie de Montréal et est actuellement directeur de la revue de poésie Exit.

Son œuvre poétique comprend plusieurs recueils dont : Engoulevents, Au milieu du vacarme et Garder le feu. Il a aussi écrit un récit, Réservé aux chiens, paru chez XYZ éditeur. Ses poèmes ont été traduits, entre autres, en espagnol, en italien, en anglais, en allemand et en russe.

DIGNARD, Sara (Québec)
Photo : Nicolas Longpré

Attachée aux ruelles de son enfance dans le quartier Villeray, après des exils aux Îles-de-la-Madeleine, en Gaspésie et au Bic, une maîtrise en création littéraire en poche, Sara Dignard est revenue à Montréal et travaille maintenant comme animatrice en alphabétisation populaire. Après avoir publié Le cours normal des choses en 2015, premier recueil de poésie qui lui a valu le prix Jovette-Bernier, et dirigé le collectif Ce qui existe entre nous en 2018, tous deux publiés aux Éditions du Passage, elle échafaude maintenant son deuxième recueil à paraître.

DORION, Hélène (Québec)
Photo : Maxime G. Delisle

Hélène Dorion a publié une trentaine de livres (poésie, roman, essai) pour lesquels elle a reçu de nombreux prix littéraires dont le prix Mallarmé, le prix du Gouverneur général du Canada, le prix Anne-Hébert, le prix de la revue Études françaises de l’Université de Montréal et le prix Léopold-Senghor. Ses livres sont traduits et publiés dans une quinzaine de pays. 

En 2016, ses photographies tirées du livre Le temps du paysage ont fait l’objet de nombreuses expositions. En mars 2020, elle présentera, avec l’orchestre Les Violons du Roy, un concert littéraire au Palais Montcalm à Québec et à la salle Bourgie à Montréal. 

Membre de l’Académie des lettres du Québec, Hélène Dorion est aussi chevalière de l’Ordre national du Québec et officière de l’Ordre du Canada. 

Parmi ses récents ouvrages, mentionnons les récits Recommencements, L’étreinte des vents et Jours de sable, parus aux Éditions Druide, et le livre de poèmes Comme résonne la vie, publié aux Éditions Bruno Doucey.

DULUDE, Sébastien (Québec)
Photo : Garcon perdue

Sébastien Dulude est poète, performeur, critique et éditeur. Il est l'auteur des recueils de poésie chambres (Rodrigol, 2013), Ouvert l'hiver (La Peuplade, 2015) et Divisible par zéro (Le lézard amoureux, 2019). Il a également publié de nombreux textes dans diverses revues et fanzines.

Sur scène, il s’est notamment fait connaître pour ses performances exigeantes, entre violence, malaise et intimité. Il a eu l'occasion de présenter son travail sur des scènes un peu partout au Québec, ainsi qu'en Belgique, France, Serbie, Suède, Russie et Roumanie.

Il signe depuis 2012 des critiques de poésie dans la revue Lettres québécoises dont il fait partie du comité de rédaction depuis 2017. Il a également fait paraître des critiques et des articles dans plusieurs périodiques et ouvrages collectifs. Il a dirigé le magazine culturel Spirale de 2017 à 2019 et est actuellement le directeur littéraire des éditions La Mèche.

DUMAIS, Isabelle (Québec)

Isabelle Dumais est écrivaine et artiste en arts visuels. Ses œuvres lui ont valu plusieurs prix et ont été présentées au Québec et à l’étranger, notamment à Taïwan, en Italie, en Suède et au Japon. Elle a travaillé à l'implantation du programme de DEC en Arts visuels au Cégep de Drummondville et y enseigne depuis 2005. En écriture, elle a fait paraître des textes en revue (Exit, Jet d’encre, Le Sabord, Estuaire, Cahiers littéraires Contre-jour) et participé à divers projets poétiques et lectures publiques au Québec et à Paris. Aux Éditions du Noroît, elle a publié Un juste ennui (2010, Prix des nouvelles voix de la littérature; finaliste au Prix Clément-Morin de Culture Mauricie; finaliste au Prix de littérature Gérald-Godin), La compromission (2013, finaliste pour le Livre de l’année au Prix Arts Excellence -Culture Mauricie) et Les grandes fatigues (2019). Présidente de la Société des écrivain.e.s de la Mauricie, elle vit à Trois-Rivières.

DUPRÉ, Louise (Québec)
Photo : Mélissa Giguère

Louise Dupré a publié une vingtaine de titres, qui lui ont valu de nombreux prix, dont le Grand Prix Québecor du Festival international de la poésie de Trois-Rivières en 1993 et 2011, le Prix de poésie du Gouverneur général en 2011 et 2017 et le prix Jaime-Sabines / Gatien-Lapointe en 2016. Parmi ses recueils de poésie, mentionnons, aux Éditions du Noroît, Noir déjà (1993), Tout près (1998), Une écharde sous ton ongle (2004), Plus haut que les flammes (2010) et La main hantée (2016). Elle vient de recevoir le prix Vénus-Khoury Ghata pour son recueil La main hantée, réédité en 2018 chez Bruno Doucey. Elle a aussi signé des romans et nouvelles chez XYZ éditeur, le texte théâtral Tout comme elle (2006) chez Québec Amérique, le récit L’album multicolore (2014) chez Héliotrope, ainsi que plusieurs livres d'artiste. Elle est membre de l’Académie des lettres du Québec et de l'Ordre du Canada.

FARKAS, Endre (Québec)
Photo : DH Photo

Né en Hongrie, Endre Farkas vit à Montréal depuis 1956. Il a publié 11 livres de poésie et 1 roman. Ses poèmes ont été traduits en français, en espagnol, en italien, en slovène et en turc. Il a participé à des lectures au Canada, aux États-Unis, en Amérique latine et en Europe. 

Son vidéo-poème Blood is blood réalisé avec la poète Carolyn Marie Souaid a remporté le premier prix du  Zebra Poetry Film Festival de Berlin.

FRENETTE-VALLIÈRES, Andréane (Québec)
Photo : Ève Lafontaine

Andréane Frenette-Vallières a grandi à Mont-Saint-Hilaire. Elle a terminé une maîtrise-création en études littéraires à l’Université du Québec à Montréal en 2018 et travaille depuis pour les Éditions du Noroît. C’est au sein de cette maison qu’est paru son premier recueil de poésie, Juillet, le Nord (2019). Elle a également publié des textes et des photographies dans Estuaire, Artichaut Magazine et Littoral, et différents projets d’écriture et de recherche l’amènent régulièrement sur la Côte-Nord : elle a écrit pour le Journal communautaire le Portageur, co-organisé les Rencontres de création à Natashquan et participé à différentes résidences artistiques, notamment Résidence nomade sur l’île d’Anticosti. Son écriture se fait remarquer pour son intimisme et sa sobriété, mais aussi pour les paysages naturels qu'elle évoque.

GAUCHER, Dominique (Québec)
Photo : Nathalie Turgeon

Dominique Gaucher est née à Montréal. Sociologue, elle a travaillé pendant trente-cinq ans dans la fonction publique québécoise. Elle a été lauréate des Prix Piché-Le Sortilège du Festival international de poésie de Trois-Rivières et Premier prix de prose de la Société littéraire de Laval. Elle a dirigé la revue Brèves littéraires (2006-2007); publié une chronique régulière dans l’Unique, le bulletin de l’Union des écrivains québécois pendant quatre ans; tenu une chronique à l’émission Le pays des livres à Radio Ville-Marie durant deux saisons; et participé à la préparation de The Echoing Years. An Anthology of Poetry from Canada & Ireland, parue en 2007 en Irlande. Quelques-uns de ses poèmes apparaissent dans How the Light Gets in… Anthology of Poetry from Canada, aussi en Irlande. Dominique Gaucher est l’autrice de trois recueils de poèmes publiés aux Écrits des Forges : Solos (1999), Trajets, passages et autres déménagements d’atomes (2010) et Avant de renoncer (2016).

JOULE, Alain (AJ) (Québec)

AJ poète pluriel, citoyen du monde vivant à Montréal au Québec. Il travaille sur l’interaction entre la poésie à lire ou à entendre, les arts visuels (peinture, sculpture, installations), les arts sonores (musique écrite et improvisée, instrumentale, vocale et électroacoustique) et les arts du mouvement (danse, chœurs d’action). Il est responsable des séminaires d'improvisation et du collectif d'improvisation musique-danse au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Lyon de 2007 à 2010, formateur musique-voix-mouvement au Théâtre du Ring Toulouse à partir de 2015, titulaire d’un master de recherche en musicologie : L’improvisation comme esthétique de la république. Doctorant en études et pratiques des arts à l’UQAM, artiste concepteur-réalisateur (poésie-image-musique). Un travail sur la mémoire, celle des lieux mais aussi des pierres et des « vibrants » humains, animaux, végétaux qui ont un moment partagé les espaces que le temps a façonnées, signant l’impermanence et la force de la transformation perpétuelle qui mène à la vie.

LABRIE, Pierre (Québec)
Photo : Véronique Sauvé

Depuis vingt ans, Pierre Labrie donne des conférences, des animations, ainsi que des ateliers d’écriture et d’alphabétisation, en plus de participer à des shows de poésie. Il est l’auteur de plusieurs titres pour les adultes et la jeunesse, dont certains méritent les honneurs. Entre autres, il reçoit le Prix de la littérature Gérald-Godin 2015 pour À minuit, changez la date et le Prix littéraire des enseignants AQPF-ANEL 2013 avec Nous sommes ce continent. Il recevra une seconde fois ce prix avec Un gouffre sous mon lit en 2015, publié chez Soulières éditeur comme le précédent, en plus de lui valoir le Grand Prix de littérature jeunesse de la Montérégie. Il est aussi lauréat du prix de poésie Rina-Lasnier en 2011 pour Mémoires analogues, ainsi qu’en 2014 avec Ajouts actuels aux révélations. En 2018, il reçoit le Prix littéraire des enseignants de français (AQPF-ANEL) avec La poésie, c’est juste trop beurk ! publié chez Soulières éditeur. En 2019, il fait paraître deux nouveaux livres de poésie jeunesse, Mon cœur après la pluie et Des poèmes pour la route.

LAFONTAINE, Patrick (Québec)
Photo : Frédéric Bouchard

Patrick Lafontaine est né à Montréal en 1971. Il enseigne la littérature au Collège de Maisonneuve. Il a publié quatre recueils de poésie aux Éditions du Noroît : L’ambition du vide (1997 – prix Émile-Nelligan), Au lieu de l’abandon / Mes êtres (2006), Homa Sweet Home (2008 – finaliste au Grand Prix Québecor du Festival international de la poésie de Trois-Rivières) et Grève du zèle (2010 – Prix de poésie Estuaire-Bistro Leméac et finaliste au Prix littéraire du Gouverneur général). Il a été membre du comité de rédaction de la revue Liberté de 2000 à 2004 et dirige, depuis 2010, les Éditions du Noroît aux côtés du poète Paul Bélanger. En 2019, il a publié son premier roman : Roman, aux Éditions de la Pleine lune.

LALONDE, Catherine (Québec)
Photo : Le Quartanier Justine Latour

Catherine Lalonde est née en 1974 et habite Montréal. Elle écrit de la poésie (La dévoration des fées, Le Quartanier, 2018, Prix Alain-Grandbois; Cassandre, 2005, et Corps étranger, 2008, prix Émile-Nelligan, tous deux parus chez Québec Amérique et réédités en 2019 au Quartanier) et travaille au Devoir comme journaliste.

LTAIF, Nadine (Liban/Québec)
Photo : Hejer Charf

Nadine Ltaif est d’origine libanaise, elle a immigré à Montréal en 1979. Son œuvre est publiée aux éditions Le Noroît. Dès son premier recueil de poèmes, Les métamorphoses d’Ishtar, paru en 1987, elle a été remarquée par sa manière de traiter l’expérience de la migration et de l’exil en puisant dans les mythologies de sa région d’origine, le Moyen-Orient, tout en se mesurant aux réalités de son pays et de sa ville d’accueil. Son recueil Entre les fleuves a été finaliste au prix Nelligan, le plus important prix de jeune poésie au Québec. Traduite dans quelques langues et elle-même traductrice, elle a fait des études de lettres à l’Université de Montréal et elle collabore à Nadja Productions, une compagnie de production cinématographique.  Son dernier livre, Rien de mon errance, est paru en 2019. Elle est co-fondatrice et co-éditrice de la revue numérique Mïtra. Elle est membre de l’UNEQ.

MALENFANT, Paul Chanel (Québec)

Depuis 1976, année où il a fait paraître ses Poèmes de la mer pays (Hurtubise HMH), Paul Chanel Malenfant a publié une trentaine de recueils dont La petite mariée de Chagall (Noroît, 2012), Fleuves (Noroît, 1997) et Si tu allais quelque part (La Courte échelle, 2003). Couronné par six nominations au prix du Gouverneur général du Canada, il a obtenu pour Des ombres portées en 2000 et d’autres oeuvres. Dans la prestigieuse collection « Ovale », des Éditions du Noroît, la poète Louise Dupré lui a consacré un choix de textes intitulé Traces de l’éphémère (2011). Un essai collectif, Sensorielles (2018), explorant le parcours de son œuvre et regroupant plus d’une vingtaine de professeurs et d’écrivains québécois, a aussi paru dans la collection « Chemins de traverse » du Noroît. Son dernier titre de poésie, Il n’y a plus d’après, a paru au printemps dernier chez ce même éditeur.

MARCHAMPS, Guy (Québec)
Photo : Michel Deschenes

Guy Marchamps est né à Trois-Rivières. Animateur littéraire et culturel depuis 1980, il est cofondateur de la revue Art Le Sabord (1983) et organisateur de plus d’une centaine de rencontres littéraires et spectacles de poésie. Il exerce actuellement le métier de libraire à sa propre librairie L’Histoire sans fin. Il a publié une quinzaine de livres de poésie dont L’Innommé (prix Clément-Morin et prix Gérald-Godin de la Ville de Trois-Rivières). En 2011, il a reçu le Prix à la création artistique du CALQ pour la région de la Mauricie. Il a fait paraître sept livres de poésie pour les enfants, dont le dernier publié à l’automne 2019 : Le Rhinoféroce, le cocodile et leurs amis (Soulières éditeur).

MESTOKOSHO, Rita (Québec)

Rita Mestokosho est une poète innue qui vit ses poèmes à travers son coeur nomade.  Elle vit auprès des siens, sa famille et son coin de terre.  La poésie est une route longue faite de portages

MONTESCU, Cristina (Roumanie/Québec)

Née en 1975 à Craiova (Roumanie), Cristina Montescu vit à Montréal depuis 2004. Elle a fait des études universitaires en Roumanie (Licence ès lettres, 1999, Université de Craiova), a été boursière au Maroc (Maîtrise en études des arts, 2002, Université Mohammed V, Rabat) et a obtenu une maîtrise en études françaises de l'Université de Montréal-(2008). Primée au Festival national de poésie contemporaine de Fès (2001), son premier livre, Larmes cadenassées, est paru en 2003 aux Éditions L’Harmattan (Paris). Depuis, Cristina Montescu a signé cinq autres livres de poésie parus aux Écrits des Forges, (Trois-Rivières) : Tristesse à chien mauve (2009), La Margelle du soleil (2010), Qui ne naîtra pas (2012), Lettres à l’assassin (2014) et Concerto pour gouttes à venir (2018). L’écrivaine a également obtenu en 2014 une bourse du Conseil des arts du Canada afin de mener à bien l'écriture des Lettres à l'assassin. À présent, elle prépare un spectacle multimédia à partir de sa création poétique.

MORENCY, Joanne (Québec)
Photo : Barry Leblanc

Joanne Morency vit au bord de la mer, en Gaspésie. Elle a signé cinq livres de poésie chez Triptyque et deux livres de haïbun aux Éditions David. 

Elle recevait en 2015 le Prix de poésie Radio-Canada pour sa suite Ni le nom des caresses en français, parue dans son plus récent recueil : Preuves d'existence (Triptyque, 2019). Elle avait obtenu l'année précédente le Prix du récit Radio-Canada pour un mariage de prose poétique et de haïkus sur le thème du deuil, Tes lunettes sans ton regard (David, 2016). Ses poèmes en prose parus dans Miettes de moi (Triptyque, 2009) lui ont valu à Paris en 2010 le Prix du premier recueil dans la Francophonie.

Une traduction anglaise de son livre Ce bruit de disparition (Triptyque, 2014) fut édité à Victoria B.C. (trad. Jill Varley) sous le titre Song of the Open Sea (Exstasis Edition, 2018). 

OLIVIER, Laurence A. (Québec)

Née en 1981 à St-Eustache, Laurence A. Olivier est titulaire d’un baccalauréat de l’UQAM en travail social. Entre quelques publications pour le collectif Poème sale et la revue Steak Haché, elle a produit une remorque de recueils DIY tapés à la machine et distribués dans la rue sous le défunt logo Dunkey Xiote.  Aujourd’hui, elle est un peu moins étourdie par la vie. Toutefois, elle continue d’écrire, en apnée, pour faire la guerre à l’ennui, par errance, autodestruction, mais surtout pour se réparer. En décembre dernier, elle a publié son premier recueil de poésie aux éditions Rodrigol, Le sucre des Ativans.

PÉSÉMAPÉO BORDELEAU, Virginia (Québec)

Née en Jamésie, au nord-ouest du Québec, Virginia Pesemapeo Bordeleau est une artiste multidisciplinaire d’origine crie. En 2006, elle obtient le prix d’excellence en région remis par le Conseil des arts et lettres du Québec et la mention Télé-Québec en poésie. Elle publie un premier roman Ourse Bleue, en 2007, aux éditions de la Pleine Lune. La traduction anglaise de ce roman, Blue Bear Woman, sera publié en 2019. En 2012, elle est lauréate pour le Prix littéraire de l’Abitibi-Témiscamingue. Elle a publié un recueil de poèmes chez Mémoire d’encrier, De rouge et de blanc, puis en 2013 parait le roman L’amant du lac et L’enfant hiver en 2014 dont la traduction anglaise, Winter Child, est sortie en 2017. Ses derniers recueils de poésie, Je te veux vivant (2016) et Poésie en marche pour Sindy (2018), ont été publiés aux Éditions du Quartz. La même année, elle publie son premier livre de conte illustré aux Éditions Hannenorak, Celle-Qui-Va. 

De plus, il fut l'initiateur de l’enseignement touristique au Québec et a été président national de l’Association Québec-France. Il est l’auteur de cinq recueils de poésie, d’un essai sur la poésie québécoise, d’un récit et d’un guide touristique.

PLEAU, Michel (Québec)
Photo : Marilyn Forgues

Originaire du quartier Saint-Sauveur à Québec, Michel Pleau anime des ateliers de création. Il y a plus de vingt-cinq ans, il publiait son premier recueil. Depuis, il ne cesse d’apprendre à lire et à écrire de la poésie. 

Il a reçu le Prix du Gouverneur général 2008 pour son recueil La lenteur du monde publié aux Éditions David. 

Il aime les livres et fouiller dans les librairies d’occasion. Il se passionne pour l’œuvre des poètes Gustave Roud et Philippe Jaccottet.

PROVOST, Émélie (Québec)

Détentrice d’un baccalauréat en études littéraires (concentration création littéraire et médiatique) et d’un diplôme d’études spécialisées en enseignement collégial de l’Université Laval, Émélie Provost jongle quelques années entre l’enseignement de la littérature, la correction des épreuves uniformes de français, le tutorat et ses cours de maîtrise en création littéraire avant de se tourner vers un travail de bureau dans une institution d’enseignement de la ville de Québec. Née en 1986 à Saint-Charles-Borromée, elle gagne à deux reprises le Grand Prix littéraire René-Martin dans le cadre du Concours littéraire de Lanaudière et publie en 2017 le poème Regard oblique sur l’ennui dans la revue littéraire québécoise Mœbius et un poème sans titre dans le premier numéro de la revue de poésie contemporaine en ligne Pøst-. Les beaux jours du rouleau compresseur est son premier recueil de poésie. Au printemps 2019, elle participe au Salon international du livre de Québec et elle est nommée recrue du mois de mai par le webzine La Recrue.

RIENDEAU, Emmanuelle (Québec)

Emmanuelle Riendeau est originaire de la ville de Drummondville, au Centre-du-Québec. Elle est détentrice d’un baccalauréat en études littéraires de l’Université du Québec à Montréal. Depuis 2013, elle a pris part, comme spectatrice et comme lectrice, à divers micros ouverts et soirées de lectures poétiques, notamment lors des soirées Bistro Ouvert à Montréal, ce qui lui a valu le titre de «star titubante de la scène montréalaise des micros ouverts». Elle a co-organisé et co-animé les spectacles de poésie GOON UP // Un show de poésie et Les goonies ne meurent jamais, respectivement présentés en 2018 au sein du Festival dans ta tête et du Festival de la poésie de Montréal. Son premier recueil de poésie, Désinhibée, est paru aux éditions de l’Écrou en 2018. Elle est l’auteure du texte «Extraction en cours», paru dans Corps, un recueil collectif publié chez Tryptique, ainsi que du texte «Même la fée des étoiles boit de la Molson», publié sur Spirale Web.

ROBERGE, Éric (Québec)
Photo : Stéphane Boivin
 

Né en 1969, Éric Roberge est professeur au département de littérature et communication et au programme arts et lettres, profil littérature, arts et cinéma du Cégep de Trois-Rivières. Il a publié cinq recueils de poésie aux Écrits des Forges, en plus de collaborer à diverses revues, notamment Exit. En 1997, il a remporté le prix Gérald-Godin (Grands Prix culturels de la Ville de Trois-Rivières) pour son recueil intitulé Trafiqueurs de nuit. Sa poésie récente aborde la civilisation du corps par le biais de la course à pied en forêt. 

SALMERON, Odelin (Québec)

Odelin Salmeron est né à Cuba en 1943 et réside au Canada depuis 1988. 

Il a publié quatre recueils de poésie. Deux aux éditions du Noroît : Rencontre, en 1995 et L’alphabet des étoiles en 2000. Il a fait paraître Les sept chemins du vent chez L’Harmattan en 2008. Son dernier recueil, Le guerrier de soi, a paru au printemps  2014 aux éditions de La Grenouillère.  En 2015, il a traduit le recueil Exit de la poète mexicaine Ingrid Valencia, paru également aux éditions de la Grenouillère. Il a été également publié dans diverses revues au Québec et en Europe.

SAURIOL, Madeleine (Québec)

Originaire de Montréal, Madeleine Sauriol a grandi dans un milieu culturel où la lecture et la musique occupaient une large part. Venue en Mauricie en 1992, elle réside maintenant à Bécancour.

Passionnée de chant et d’écriture, elle a remporté, depuis 2001, quelques prix littéraires, notamment : ceux de la SEC en 2003 ainsi qu’en 2011, une mention au prix Clément-Marchand de la SÉM en 2010, finaliste au Prix de poésie pour les aînés en 2012, 2016, 2017 et 2018, le 2e prix en 2015 ainsi que le 2e prix aux Prix littéraires Thérèse Denoncourt en 2016.

Certains ont pu l’entendre interpréter, en septembre 2017, lors du 20e anniversaire de Place aux aînés, à l’Amphithéâtre Cogeco, une vibrante version de La Manikoutai, de Gilles Vigneault. 

Depuis 2017, elle participe aussi au Quai en fête de Bécancour, dans une formule chant et poésie, en solo. Elle prête aussi ponctuellement sa voix de narratrice au Conservatoire de musique de Trois-Rivières.

TREMBLAY, Larry

Larry Tremblay est écrivain, metteur en scène, acteur et spécialiste de kathakali. Il a publié une trentaine de livres comme auteur dramatique, poète, romancier et essayiste. Son œuvre a été traduite dans une vingtaine de langues. En 2011, Cantate de guerre (Prix SACD et Prix Michel-Tremblay 2012) ouvre la saison du Théâtre d’Aujourd’hui à Montréal dans une mise en scène de Martine Beaulne. En 2014-15-16, L’orangeraie (Alto) remporte une quinzaine de prix dont le Prix des libraires du Québec, le Prix des collégiens et le Prix des lycéens Folio et se retrouve dans une vingtaine de pays. En 2016,  Larry Tremblay adapte au théâtre son roman L’orangeraie que Claude Poissant met en scène au Théâtre Denise-Pelletier à Montréal et au Trident à Québec. En 2017, son roman graphique Même pas vrai, illustré par Guillaume Perreault, remporte le prestigieux Prix TD de littérature canadienne pour l’enfance et la jeunesse. En 2019, il publie un sixième livre de poésie, L’œil soldat (La Peuplade).

TURCOTTE, Élise (Québec)
Photo : Julie Artacho

Élise Turcotte est née à Sorel.  Elle est l’auteur de plusieurs recueils de poésie pour lesquels elle a remporté de nombreux prix dont le Grand Prix du Festival international de la poésie 2002 pour Sombre ménagerie, ainsi que le Prix Émile-Nelligan qu’elle a remporté deux fois (en 1989 pour La terre est ici, et en 1987 pour La voix de Carla.) Elle a aussi publié des livres pour enfants, des nouvelles, et des romans, parmi lesquels : Le bruit des choses vivantes (Leméac, 1991, Babel, 1998), L’île de la Merci (Leméac, 1997 ; BQ, 2001) et La maison étrangère (Leméac, 2002, Prix du Gouverneur général 2002), Guyana (Prix du livre de la Ville de Montréal 2011), et Le parfum de la tubéreuse (Alto, 2015). Elle a fait paraître à l’automne 2013 Autobiographie de l’esprit aux Éditions La Mèche. Son dernier recueil de poésie, La forme du jour, parait au Noroît au printemps 2016. Elle vit à Montréal. Son roman, L’apparition du chevreuil, paraitra chez Alto en octobre 2019.

VACHON, Claudine (Québec)

Née en 1973, Claudine Vachon œuvre au sein du collectif artistique Rodrigol dès 1998 où elle écrit des sketchs scéniques et radiophoniques, et participe à de nombreuses soirées de poésie et cabarets. Elle a fait des études en arts visuels, en sciences pures et en littérature. Elle a complété une maîtrise en création littéraire et s’intéresse principalement à la performance et à la prise de parole. Elle est professeure de littérature au Collège Lionel-Groulx, éditrice indépendante aux Éditions Rodrigol et a récemment marché 244 km de Montréal vers Québec, en passant par Trois-Rivières, par le Chemin du Roy.

VEILLEUX, Laurence Lola (Québec)
Photo : Mathieu Gosselin

Née à Saint-Benjamin en 1994, Laurence Veilleux est l’auteure de Chasse aux corneilles (Poètes de brousse, 2014) et de Amélia (Poètes de brousse, 2016; finaliste au prix Émile-Nelligan 2016 et lauréate du prix Félix-Leclerc 2017). Elle a collaboré aux collectifs Femmes rapaillées (Mémoire d'encrier, 2016) et Ce qui existe entre nous (Éditions du Passage, 2018). Elle est libraire et rédactrice adjointe du cahier Champ libre du journal Le Mouton Noir. Elle des chambres, son troisième livre de poésie, est paru au printemps 2019 chez Poètes de brousse.

VIGNEAULT, François (Québec)

François Vigneault est né à Québec en 1960. Détenteur d’une maîtrise en littérature québécoise, il a publié cinq recueils. Ses deux premiers, Croquis pour un sourire et Où vont les chevaux des manèges?, traitent de l’amour et de la paternité. Les trois autres, Entre la cuiller et l’océanPoèmes du Jardin et Rien n’est plus sûr que le doute parlent des enjeux de l’humanité, de l’inconscience de l’homme et du sens de la vie. Œuvrant aussi comme parolier, il collabore avec plusieurs interprètes.