International Poets

fren
AL-MASSRI, Maram (Syrie/France)

Née à Lattaquié en Syrie, Maram al-Massri entreprend des études à Damas, avant de s’exiler à Paris où elle connaît une situation difficile. En 1998, elle obtient le prix Adonis du Forum culturel libanais pour la meilleure création poétique en langue arabe avec Cerise rouge sur un carrelage blanc. Cinq ans plus tard, la parution de ce livre chez Phi, au Luxembourg, ouvre la voie à une série de traductions en anglais, espagnol, corse, italien, chinois, hindi, tamazight, faisant d’elle une des grandes voix de la poésie du Moyen-Orient. Ses quatre précédents recueils, parmi lesquels La robe froissée et Elle va nue la liberté, ont été publiés par les Éditions Bruno Doucey. Elle est décorée de titre d’ambassadrice de Secours populaire et citoyenne d’honneur. Son oeuvre a reçu plusieurs prix dont le Prix international de poésie Antonio Viccaro 2013.

AMIRTHANAYAGAM, Indran (Sri-Lanka/États-Unis)

Né au Sri-Lanka mais habitant aux États-Unis, Indran Amirthanayagam écrit en 5 langues dont le français, l’anglais, l’espagnol, le portugais et en créole haïtien.  Il a publié 16 livres de poésie. Quelques titres en français : Il n’est de solitude que l’île lointaineAller-retour au bord de la mer. Il s’est mérité le prestigieux Paterson Poetry Prize. Il écrit régulièrement dans l’hebdomadaire Haïti en marche  et dirige la série de Poèmes à lire dans le Port de Silver Spring, au Maryland. Il participe également à la gestion de l’Association des traducteurs. Il est très fier d’avoir reçu une bourse de la New York Foundation for the Arts ainsi qu’une autre bourse du Fonds US/Mexico pour la Culture. Vous pouvez le rejoindre sur Twitter, Facebook et Instagram.

BONI, Tanella (Côte d'Ivoire)

Tanella Boni est née à Abidjan (Côte d’Ivoire). Auteure d’une douzaine de recueils de poésie parmi lesquels Chaque jour l’espérance (2002), Gorée île Baobab (2004), L’avenir a rendez-vous avec l’aube (2011), Toute d’étincelles vêtue (2014) et Là où il fait si clair en moi (2017). Lauréate du prix Antonio Viccaro en 2009 et du Prix Théophile Gautier de l’Académie française en 2018, elle est aussi auteure de livres destinés à la jeunesse, romancière et essayiste avec, notamment, Que vivent les femmes d’Afrique ? (Karthala, 2011) et Habiter selon Tanella Boni, (éd. Muséo, 2018).

Professeure des universités et philosophe, elle fut présidente de l’Association des écrivains de Côte d’Ivoire (1991 –1997) et organisatrice d’un festival de poésie à Abidjan jusqu’en 2002. Elle est membre de l’Académie des sciences, arts et cultures d’Afrique et des diasporas africaines, et membre de la Société des gens de lettres et du PEN Club français.

CAGE, Nicole (Martinique)

Nicole est née en 1965, au François, Martinique. Elle se découvre très tôt la passion des mots. La soif d’apprendre et de connaître l’Autre la pousse, après des études d’espagnol, à se consacrer à l’Histoire, à se former au journalisme, à la psychothérapie, à différentes techniques de bien-être. Ses mots disent la douleur et le bonheur d’être femme, femme noire citoyenne d’un monde qu’elle veut contribuer à rendre meilleur.

Elle écrit aussi pour la jeunesse, soucieuse de leur communiquer l’amour de leur pays, la solidarité humaine et la tolérance, mais aussi de les faire rêver. Elle parcourt ce monde sur les ailes de ses mots et a reçu de nombreuses récompenses à l’international, dont le Prix Casa de las Américas pour son recueil de poésie jeunesse, Arc-en-ciel, l’espoir.

Ses textes sont traduits en albanais, anglais, arabe, chinois, créole, espagnol, italien et portugais. En 2017, elle démissionne de l’Éducation nationale et crée la maison d’édition et de production caribéenne, Cimarron EdiProd.

CENGIZ, Metin (Turquie)

Le poète et écrivain Metin  Cengiz (Göle, Turquie, 1953) est un des plus importants poètes de son pays. Il a publié 14 recueils de poésie qui lui ont permis de remporter les plus importants prix de poésie de son pays et quelques autres  dans d’autres pays européens dont la Roumanie. Ses recueils et des dizaines de ses poèmes furent traduits en une trentaine de langues et publiés dans des revues ou magazines ou quotidiens de ces pays.

L’écrivain Metin  Cengiz a publié 14 livres d’essai, de regard théorique et/ou sur l’évolution de la poésie, de la littérature ou encore de la philosophie. Certains de ces livres en sont à leur 3e tirage.

COHEN, Sara (Argentine)

Native de Buenos Aires, Sara Cohen a publié depuis 1992 neuf recueils de poésie, cinq essais et un roman. Également traductrice du francais à l’espagnol, elle a fait paraître en 2014 une traduction remarquable de L’homme rapaillé (Hombre reunido) de Gaston Miron. Dans son essai La frontera de la lengua (2006), elle a inclus une anthologie de la poésie contemporaine québécoise. Deux de ses recueils, traduits par Louise Desjardins, ont paru récemment aux Éditions de la Grenouillère sous le titre de Murmure et incertitude prédédé de Opportunité. Elle a été deux fois récipiendaire de la bourse Faculty Research Program du Conseil international des études canadiennes et elle a été invitée au Festival international de poésie de Trois-Rivières à quelques reprises. Elle est psychanalyste et pédopsychiatre à Buenos Aires.

DUGARDIN, Marc (Wallonie-Bruxelles)

Marc Dugardin, né à Bruxelles en 1946, habite désormais à Namur. Actuellement retraité, il a travaillé comme éducateur spécialisé puis comme formateur en éducation spécialisée. Il est aussi marcheur, mélomane, grand-père…

Publications : depuis 1982, une quinzaine de livres (poésie) publiés, quelques traductions (néerlandais, espagnol, roumain), collaborations à des livres d’artiste (entre autres avec Max Partezana, Armand Dupuy, Nicolas Grégoire, Philippe Agostini, …)

Derniers titres publiés : Dans l’oreille profonde, Taillis Pré, 2010, Quelqu’un a déjà creusé le puits, Rougerie, 2012, Table simple, Rougerie, 2015, Lettre en abyme, Rougerie, 2016

Fin 2017, publication d’extraits de Carnets (2009-2013), sous le titre Notes sur le chantier de vivre, coédition Centrifuges / Rougerie

A paraître début 2020 : D’une douceur écorchée, chez Rougerie.

GUREVICH, Seva (Russie)
Photo : V. Peshkov

Né à St-Pétersbourg en 1960, Seva Gurevich partage sa vie entre cette ville et Moscou. Joueur d’échecs passionné, il en est devenu un leader reconnu parmi les amateurs de ce jeu. Depuis les années 90, il travaille en logistique  bancaire.

Il a publié quelques livres de poésie dont les plus récents sont Two Voices (2016), qui fut réédité en 2018, et Journey to China (2017), tous les deux co-écrits avec Sasha Irbe.

JOUAN, Yves (France)
Photo : Catherine Bouhier

Yves Jouan est né au Havre en 1951. Il a dirigé des services culturels municipaux, été secrétaire général des Rencontres chorégraphiques de Bagnolet, puis responsable culturel en Bretagne. Il travaille uniquement autour du livre, animant des ateliers d’écriture et organisant des soirées poétiques. En mars 2019, il a parrainé le Printemps des Poètes à Angers. Il a écrit plusieurs livres de poèmes, des livres d’artiste, une dramatique radiophonique produite par France Culture, participé à un essai sur Malherbe et écrit un mémoire de master concernant Ronsard et les guerres de religions. Il travaille avec des artistes (plasticiens, musiciens, danseurs) et des enseignants en philosophie. Il a reçu le prix Ivan Goll pour son livre Juste là (Dumerchez, 2006). Ses derniers ouvrages sont Loires (L’Atelier du Grand Tétras), La phrase de notre vie (avec le poète Jean Miniac, L’Atelier du Grand Tétras), Depuis les fleurs (Rougier) et le livre d’artiste « Antigone, Piétà » (avec des lavis de Colette Deblé, Aencrages & Co). Plusieurs de ses poèmes sont traduits en anglais, russe, coréen, albanais, grec, kurde, néerlandais, roumain.

KAM, Sophie Heidi (Burkina-Faso)

Née le 3 décembre 1968 à Ouagadougou, Sophie Heidi Kam est poète, romancière, nouvelliste, scénariste, auteure de contes et 1ère femme dramaturge du Burkina Faso. Elle est huit fois lauréate du Grand Prix national des arts et des lettres. Technicienne de réseau informatique et en télécommunications, elle a suivi des études de Lettres à l’Université de Ouagadougou. Auteure de plus d’une quinzaine d’œuvres dont les recueils de poésie, Sanglots et symphonies (2005), Quêtes (2005), Offrande (2009), Pour un asile (2009), Florilège (2019). Elle a aussi rédigé des contes et de la poésie pour la jeunesse C’est mon univers (2019). Elle s’impose au Burkina-Faso par une large exploitation de ses œuvres dans les écoles et universités, la promotion de l’acte d’écrire par l’animation d’ateliers d’écriture. Elle tente de se consacrer à l’écriture. 

Trophée de la Plume d’or 2018 pour l’ensemble de son œuvre, elle est chevalière de L’Ordre du mérite national des arts, des lettres et de la communication avec Agrafe Littérature Écrite et Orale.

LASSAQUE, Aurélia (Occitanie-France)
Photo : Alberto Pombo

Aurélia Lassaque est une poète bilingue de langues française et occitane. Elle se produit sur scène en compagnie de musiciens, plasticiens, vidéastes et danseurs. Ses lectures se distinguent par la rencontre du texte et du chant. Elle a donné de nombreux spectacles et lectures poétiques en Europe, aux Etats-Unis, en Amérique Latine, en Afrique, en Norvège, en Chine, en Indonésie et en Inde. Pour que chantent les salamandres, (Éditions Bruno Doucey, 2013) a été traduit en anglais, hébreu, néerlandais, norvégien et catalan. Son dernier recueil, En quête d’un visage (Éditions Bruno Doucey, 2017), sous forme de dialogue poétique en huit chants, revisite le mythe d’Ulysse. Sa traduction anglaise par Madeleine Campbell a obtenu le soutien de l’American Literary Translators Association. Aurélia Lassaque collabore en 2019 avec le réalisateur Giuseppe Schillaci à la réalisation d’un vidéo-poème dans le cadre du projet MaTerre à Matera, Capitale européenne de la Culture 2019 (Coproduction Rete Cinema Basilicata e Fondazione Matera-Basilicata 2019).

LI, Jinjia (Chine / France)

D’origine chinoise, Li Jinjia travaille comme maître de conférences à l’Inalco et enseigne la langue et la littérature chinoises à cette université parisienne. Auteur de poèmes et de nouvelles, il collabore avec nombre de revues françaises, chinoises et hongkongaises. Certaines de ses nouvelles ont été primées en Chine comme en France. Il a publié deux livres de poésie composés en chinois (Obstacles noirs, 2009) et en français (Renaissances d’un rêve, 2016). Outre ses activités d’écrivain, il est aussi traducteur. Il a traduit en français des poètes chinois contemporains tels Yu Jian, Haizi et Yesi. Ses traductions en chinois couvrent des auteurs variés comme Victor Segalen, Max Jacob, Michel Deguy, Jacques Dupin, Alejandra Pizarnik, Marc Strand… Il prépare actuellement une traduction de poèmes de Stéphane Mallarmé.

MANSELL, Chris (Australie)

Chris Mansell est une poète australienne dont les œuvres les plus récentes sont un ensemble de poèmes expérimentaux, 100 Quads (production conjointe de Thorny Devil Press et Puncher & Wattmann), et une collaboration anglais/français avec le poète Tim Thorne.

Certaines de ses œuvres précédentes comprennent: Verge, Stung, Stung More, Spine Lingo: New and Selected Poems et un recueil de fiction, Schadenvale Road. Seven Stations, texte d'un cycle de chansons (musique de Andrew Batt-Rawden) a été publié sur CD par Hospital Hill.

Elle a remporté le Queensland Premier's Award for Poetry et a été sélectionnée pour les National Book Council Award et NSW Premier’s Award. Elle a remporté le prix Amelia Chapbook (États-Unis) et le prix de poésie Meanjin Dorothy Porter.

OLIVA, Óscar (Mexique)
Photo : Sonia Quinones

Óscar Oliva est né à Tuxtla Gutiérrez dans l’État du Chiapas au Mexique en 1937. Il a remporté de nombreux prix nationaux et internationaux dont le Prix Jaime Sabines / Gatien-Lapointe cette année,  ce qui lui vaut d’être parmi nous pour le 35e FIP. Octavio Paz a souligné que la poésie d’Oliva lui rappelait l’écriture infiniment simple doublée de la lumineuse clarté sensuelle de Paul Éluard. Chez Oliva, la sensualité mène directement au corps de la femme dans lequel il se reconnaît.

Il a aussi écrit des nouvelles, des programmes pour la radio, des textes pour les revues littéraires et fait de l’édition. Son long travail d’une vie  ressemble étrangement à un dialogue suivi entre lecteurs et écrivains. Il vit actuellement dans sa ville natale.

PALMA, Jorge (Uruguay)

Poète et narrateur né en Uruguay en 1962, Jorge Palma a travaillé pour divers périodiques et émissions de radio. Il a dirigé et coordonné des séries sur la poésie et l’écriture narrative.  Entre autre livres de poésie,  il a publié  Entre el viento y la sombraEl olvidoLa vía lácteaDiarios del cielo et Lugar de las utopías.  Ses poèmes furent aussi publiés dans diverses revues de plusieurs pays en plus d’être traduits en anglais, macédonien, français, allemand, itlalien, roumain et hongrois. De nombreux festivals de poésie l’ont invité.

ROY, Françoise (Québec/Mexique)
Photo : Javier Narvaez

Écrivaine et traductrice, Françoise Roy est née au Québec en 1959. Elle détient une maîtrise en géographie et en études latino-américaines (University of Florida, 1983), un certificat en traduction (Guadalajara, Mexique, 2000) et un certificat en photographie (Guadalajara, 2013). Auteure de 19 livres en français ou en espagnol (poésie, essai, nouvelle, roman), elle a gagné, entre autres, les prix suivants: Prix national de traduction littéraire en poésie (Mexico, 1997), Prix national de poésie Alonso-Vidal (Hermosillo, 2007), Prix du roman Jacqueline Déry-Mochon (Laval, 2007), Prix international de poésie Ditët e Naimit (Macédoine, 2008), Prix international Poetry Nights of Curtea de Arges (Roumanie, 2011), Prix national de poésie Tijuana (Basse-Californie, 2015) et DJS Translation Award (Chine/États-Unis, 2016). Elle a participé à des festivals de poésie sur 4 continents et elle a été artiste en résidence au Canada, en Argentine et en Chine. Une partie de son oeuvre est traduite en plusieurs langues. Elle vit à Guadalajara au Mexique, depuis 1992.

RUY SÁNCHEZ, Alberto (Mexique)
Photo : Nina Subin

Poète, nouvelliste, essayiste, romancier, Alberto RUY-SÁNCHEZ a publié plus de trente livres dont un essai sur le prix Nobel de littérature, le poète mexicain Octavio Paz.  Quelques titres en poésie : Decir es desearEl bosque erotizado; Escrito con agua; Soy el camino que tomo et Luz del ColibríÀ ce jour, certains de ses trente livres ont été traduits en 15 langues et ont reçu des prix dans les villes suivantes : St-Pétersbourg, Paris, Chicago, Zaragoza, Montauban, Louisville sans oublier le Prix du Festival de poésie de Lugano et le Caracol de Plata du Festival de Poésie de Puerto Vallarta. Son plus récent roman Los sueños de la serpiente lui a valu le Prix Mazatlán 2018. Son pays l’a honoré  du Prix National des Arts et de la Littérature alors que la France lui a remis l’Ordre des Arts et des Lettres.

SALAS, Diego (Mexique)

Diego Salas (Xalapa, 1984) est écrivain et musicien. Il a été bénéficiaire des bourses FONCA dans le PIRA (México-Québec-Calq) en 2005 et 2006; PECDA-IVEC (Jóvenes creadores) en 2012; et Interface-ISSSTE en 2014. Il travaille comme écrivain pour des magazines tels que La Palabra y el Hombre, Tierra Adentro, Gaceta Universitaria, Contratiempo Jazz et bien d'autres. Il a publié des livres de poésie Andar (UV, 2010), La ciega intermitencia (UV, 2015), La seña del quieto (La Zonámbula, 2014), de même que la plaquette La caja para encender (Tierra Adentro, 2012). Son prochain recueil de poèmes à paraître s'intitulera Las formas del derrumbe, par Editorial Mantis. En 2014, il a gagné le “Premio nacional de reflexiones filosóficas Zigurat 2014” avec le livre Luminiscencias de retrete (Zigurat, 2015). Il a eté professeur d’études de jazz à l'Université de Veracruz, assistant de production du Festival international de Jazz UV. Actuellement il est sous-directeur de la culture de la municipalité de Xalapa, capitale de l’État de Veracruz.

SATIZABAL, Carlos (Colombie)

Carlos Satizábal est poète, écrivain, comédien, directeur de théâtre et dramaturge. Professeur associé à l’Université nationale de Colombie, il y dirige la maîtrise en écriture de création tout en travaillant en recherche sur l’évolution et la pratique des arts.

Son œuvre poétique La Llama Inclinada fut lauréate d’un Prix national de poésie. Son travail et ses créations en théâtre  sont reconnus dans l’ensemble des pays latino-américains.

Il fut invité à participer à plusieurs festivals tant de théâtre que de poésie dans le monde. Il a publié des livres de poésie, des pièces de théâtre, des  articles et de essais sur la poésie et le théâtre de son pays.

SEPÚLVEDA, Jesús (Chili/États-Unis)
Photo : Matej Meza V

Jesús Sepúlveda est un poète chilien-américain qui réside à Eugene et enseigne à l’Université de l'Oregon aux USA. Il est l’auteur de neuf ouvrages de poésie et trois livres d’essais, y compris son manifeste d’anarchie verte, Le Jardin des singularités (2002), publié en français à Montréal (2006) et Paris (2013), son livre sur la poésie d’Amérique latine, Poets on the Edge (2016), et une collection de poèmes, Poemas de un bárbaro (2013). Son recueil de poésie Hotel Marconi (1998) a été adapté au cinéma au Chili en 2009. Son premier recueil Lugar de origen (1987) reste représentatif de la génération qui a grandi sous le régime de Pinochet. Les ouvrages de Sepúlveda ont été publiés dans plus de vingt pays et traduits en dix langues, donnant lieu à de nombreux festivals de poésie et lectures de poèmes à travers le monde. Ses autres recueils incluent Correo negro (Buenos Aires, 2001), Escrivania​ (Mexique, 2003), Secoya (New York, 2015) et Wirikuta (Puerto Rico, 2019).

ULLOA, Néstor (Honduras)

Diplômé de l’Université de Salamanque en littérature espagnole et hispano-américaine, Néstor Ulloa vit au Honduras. Il a publié 4 recueils de poésie entre 2003 et 2018. Ses poèmes ont été traduits en plusieurs langues dont le français  et ils sont repris dans des revues de divers pays dont quelques-uns au Canada et sont également repris dans au moins quatre anthologies parues dans divers pays. Il  est professeur de littérature au Département des lettres de l’Université autonome du Honduras.

VARELA PUÑAL, Diana (Galice-Espagne)

Née en Corme en Galice (Espagne), Diana Varela Puñal collabore au journal Galicia Hoxe. Elle a remporté plusieurs prix dont le Premio Diaz Xacome et le prix Estornela de Teatro.  En 2017, son livre Ouvre la lucarne nous offre une sélection bilingue de ses poèmes en galicien et en français. Son plus récent livre traite de la question identitaire, d’éthique et de poésie. Elle a aussi publié des livres de poésie pour enfants.

VARGAS, Angel (Mexique)
Photo : Nede Moguel

Angel Vargas est né à Acapulco, au Mexique, en 1989. Il a étudié la langue et la littérature espagnoles à la Faculté de philosophie et de lettres de l'Université nationale autonome du Mexique. Il a publié Despite the Voice (Mantis Editores/Secretariat of Culture of Jalisco, 2016), Lômulo (Fondo Editorial Tierra Adentro, 2016) et El viaje y lo lo tida (Praxis/Secretariat of Culture of Guerrero, 2017).
Il a été membre du Guerrero Creation and Artistic Development Stimulus Program (2013), du Programme des jeunes créateurs du Fonds national pour la culture et les arts (2014-2015) et de la Fondation pour les lettres mexicaines (2017-2019).
Il a récemment remporté le Prix national de poésie des jeunes d'Elas Nandino, convoqué par le ministère mexicain de la Culture fédérale.

VERNAY, Éliane (Suisse)

Eliane Vernay est née en Suisse. Après une enfance dans le Jura français puis en Italie, elle obtient une licence en lettres et un diplôme de journaliste à Genève, tout en poursuivant parallèlement des études de musique (piano et chant).

Après trois ans d’enseignement, elle travaille comme rédactrice aux Editions Naville et Kister et traductrice pour la Confédération, puis comme responsable des émissions littéraires et collaboratrice aux émissions musicales à la Radio suisse romande (Espace 2). Elle crée à Genève une maison d’édition qui porte son nom et qu’elle dirigera pendant vingt ans, publiant 150 titres de poètes, dialogues d’ateliers, livres pour enfants, témoignages…

Eliane Vernay est écrivaine et poète, auteure d’une trentaine de recueils, prose et poésie, parus en Suisse, en France et en Belgique, traduits en japonais, allemand, portugais, grec, italien… Son dernier livre, A l’autre bout des yeux, de l’image au mot (Ed. Voix d’encre) est une collaboration avec 36 peintres. Elle a vécu une dizaine d’années à Madrid, à Vienne et à New York, elle se partage actuellement entre Genève, Sète et Paris. Elle est mère de deux filles.