Le Grand Prix Québecor
du Festival International de la Poésie 2017
est remis à la poète Denise Boucher pour le recueil Boîte d'images,
publié aux Éditions de L'Hexagone. adobe


Trois-Rivières, le 6 septembre 2017 — C’est ce matin, lors de la conférence de presse du lancement de la programmation du 33e Festival international de la poésie que la poète montréalaise Denise Boucher recevait son prix de 15 000 $ pour son recueil Boîte d’images publié aux Éditions de l’Hexagone. Cette bourse est offerte conjointement par Québecor et le Festival international de la poésie. En plus de son prix, Denise Boucher est invitée à participer aux dix jours du Festival, une valeur de près de 3 000 $. 

Sans contredit, son meilleur recueil. Dans cette Boîte d’images, l’auteure a su rassembler l’anecdotique et l’universel. La vie passe et bat fortement son plein à travers les détails du quotidien. Il y a un équilibre remarquable entre l’action qui se pose apparemment de manière banale et la distance, le recul, qui s’impose pour se projeter dans le temps. Une écriture aux yeux collés sur le réalisme avec le brin d’humour requis pour faire passer la gravité de certains sujets. Ce recueil trace et raconte l’histoire mais en laissant toute la place aux rêves de Denise et aux nôtres. Pour l’ampleur de ce monde que Denise Boucher nous donne à lire, pour l’étonnement singulier qu’elle nous offre et la beauté de vie intérieure de sa boîte d’images, la poète reçoit cette année ce grand prix. 

À l’unanimité ce jury a décidé de retenir exceptionnellement quatre titres, quatre auteurs, quatre finalistes parmi lesquels il a choisi une lauréate. Voici les autres : 
René Lapierre : Les adieux  (Éditions Les Herbes rouges, 2017)

Lapierre nous livre un de ses projets les plus ambitieux. Il tient le pari, pendant de nombreuses pages, de garder l’attention du lecteur, de le tenir en éveil, tant au niveau des enjeux formels que de sa capacité à élever le discours. Un livre veilleur, dénonciateur, révélateur, résistant, souffrant, aimant. Avec Les Adieux, René Lapierre nous invite à une expérience singulière du poème qui appelle aux deuils nécessaires. Ce livre ambitieux explore magnifiquement ce qu’est écrire, aimer, commencer, oublier, et ce à travers une structure forte.

Jean-Paul Daoust : Le chant du Concorde  (Éditions de la Grenouillère, 2016)

Daoust signe, avec Le chant du Concorde, un superbe recueil rassemblant ses années de vie comme un bouquet d’histoires. Le style demeure cohérent malgré les années qui séparent l’écriture de chaque poème. Avec humilité et disponible aux événements, un parcours unique se dessine, un regard précis s’aiguise sans jamais baisser la garde. L’humour presque toujours comme la tristesse parfois et la lumière très souvent cohabitent fort bien dans ce livre singulier de notre paysage littéraire composé de poèmes qui deviennent les témoins de notre époque. Du pur Daoust que cette écriture marquée par la force des images et la fluidité de la langue. 

Jean-Marc Desgent: Strange Fruits  (Éditions Poètes de brousse, 2017)

Strange Fruits est un des grands recueils de Desgent et son plus important depuis Vingtièmes siècles. D’une même facture sonore, il continue de brusquer toute tentative du lecteur à se laisser bercer par la beauté du monde pour nous présenter ses volcans, ses doutes et ses craintes en un seul morceau qui, lui, provoque en nous autant d’éclats que d’admiration. Sa langue heurtée s’accorde parfaitement au poète écorché par l’infiltration du mal dans les cellules du monde. Une poésie chutée, fervente, mais qui jamais ne désespère de cette humanité qui est nommée ici durement et véritablement.

Le jury de la saison 2016-2017 était composé d’Hélène Dorion, Stéphane Despatie, et de Michel Pleau, trois poètes.  

Rappelons que Le Grand Prix a été créé en 1984 pour rendre hommage à l'œuvre de Gatien Lapointe. Il est accordé à un(e) poète pour un manuscrit inédit ou un livre de poésie publié au cours des 12 mois qui précèdent le 31 mars de l’année en cours.

Présenté par Québecor, le Festival international de la poésie est rendu possible grâce à la participation du ministère de la Culture et des Communications; de Tourisme Québec; du ministère du Patrimoine canadien; du Conseil des arts et des lettres du Québec; du Conseil des arts du Canada afin de rendre hommage aux finalistes et aux gagnants des Prix littéraires du Gouverneur général ; de l’Organisation internationale de la francophonie et de la Ville de Trois-Rivières.

Consultez fiptr.com pour plus de renseignements sur la 33e édition du festival.

-30-


Source : Gaston Bellemare,
président du FIP (819) 691-7223

Téléphone : (819) 379-9813

info@fiptr.com